22 novembre 2012 : Communication défaillante sur le site de la Mairie Saint-Sulpice

Que se passe-t-il sur le site de la mairie de Saint-Sulpice ? Il est un peu difficile de se tenir informé des dernières nouvelles de la ville. Pour exemple, en page d’accueil est annoncé le « futur » Conseil municipal du 29 mai 2012, et on nous explique que le PLU a été arrêté le 6 janvier 2012. Si l’on ouvre l’onglet « MAIRIE », on constate que l’on peut parcourir le compte-rendu du Conseil municipal …. du 27 mars 2012, et si l’on souhaite des précisions sur l’urbanisme, une page s’ouvre sur « erreur 404 » ! Pourtant, une enquête publique a été menée sur le PLU de Saint-Sulpice, et la commissaire-enquêtrice a émis un avis favorable avec réserves impératives sur la ZAC Portes du Tarn… Le PLU de notre ville a été approuvé le 19 juin 2012 par le Conseil municipal de Saint-Sulpice, sans que la moindre réserve soit prise en compte par nos élus ! Donc, pour être informé des dernières actualités, il n’est pas possible de se fier au site de la ville, et il est préférable de se déplacer à la Mairie… F. Mena

 

ORDURES A GOGOS.....par Fanou Mena

LES DECHETS MENAGERS DEBORDENT POUR LA BASTIDE

DECHETS MENAGERS

LA DÉPÊCHE 22 AOÛT 2012

 

«Afin d'améliorer l'image de propreté de la Bastide et pour des raisons de salubrité publique», la municipalité, en mars dernier, a supprimé les containers de collecte des ordures ménagères situés sur la place des Trois Musiciens ainsi que ceux situés à côté de l'école Jeanne d'Arc. Depuis, le SICTOM effectue, comme sur l'ensemble de la commune, le ramassage des ordures ménagères en porte à porte, à l'exception de la rue du Centre, de la rue Edmond Cabié et de la rue Charles Pontnau, où la collecte se fait, de la même façon gue les caissettes de tri sélectif, aux angles des rues précitées.

Il semblerait que cela n'aille pas sans poser certains problèmes aux habitants de la Bastide. Beaucoup d'entre eux ne disposent pas d'endroit dans leur habitation, pour stocker leurs ordures du samedi matin au mercredi suivant, ce qui entraîne des sacs poubelles en vrac dès le lundi matin dans les rues, souvent ouverts par les chiens et les chats, ce qui se révèle peu en accord avec le désir «d'améliorer l'image de propreté de la Bastide».

Fanou Ména, militante écologique, résidant dans la Bastide, s'est emparée du problème et a notamment écrit au maire afin de trouver une solution compatible avec les intérêts de chacun.

 

Une pétition pour le retour des containers

 Dans cette lettre, elle remarque que si les containers n'étaient peut-être pas la panacée, au moins, ceux placés au niveau du square des Trois Musiciens étaient remplis rapidement, apportant la preuve qu'ils répondaient à un besoin.

Elle note que la poubelle située sur la place Soult, en face de la pharmacie, est dorénavant pleine d'ordures ménagères, ainsi que la grande poubelle rue du Pont. Elle propose des solutions alternatives, vider les containers plus souvent, pour qu'ils ne débordent pas, réfléchir à des endroits «stratégiques» où les containers généreraient le moins possible de nuisances visuelle et olfactive et pourraient être vidés facilement.

 

A ce jour, elle n'a toujours pas reçu de réponse.

Entre temps, après en avoir discuté avec de nombreux habitants, elle a lancé une pétition, signée par 82 personnes, demandant, dans un premier temps, le retour des containers. Affaire à suivre

18 SEPTEMBRE 2012 : REUNION PUBLIQUE SUR L'ASSAINISSEMENT

Présents à la tribune, le Maire, Monsieur Soulet, Monsieur Vergnaud, adjoint au Maire, deux représentants de la Lyonnaise des eaux, une représentante du bureau d’études société IRH et une représentante de la société DEGREMONT, filiale suez environnement, qui va construire la future station d’épuration ; dans la salle Cassin, peu de public, quelques élus, quelques habitants…

 

Au programme, le renouvellement de délégation de service public à la Lyonnaise des eaux pour 12 ans, et la construction d’une nouvelle station d’épuration prévue pour 12 000 équivalents habitants, valeur 3 millions d’euros, indispensable, vu la démographie galopante à Saint Sulpice, et peut-être aussi, vu les problèmes d’assainissement générés par le projet ZAC Portes du Tarn.

 

Présentation assez pathétique : élus en retrait, laissant la part belle aux « spécialistes » ; film de propagande de la Lyonnaise, où l’on apprend entre autres que les enfants de St Sulpice seront sensibilisés aux questions de l’éco-citoyenneté par la Lyonnaise, soi-même : comme cela, ils seront bien formatés ; il est vrai que la Lyonnaise des eaux est un spécialiste désintéressé de la gestion « durable » de l’eau ; le film nous montre aussi des enfants qui pèchent dans le Tarn, en buvant de l’eau : veut-on nous convaincre que l’on pourrait boire directement l’eau du fleuve, tellement le traitement des eaux usées est efficace ?

 

Une personne du public interroge Monsieur Vergnaud, pour savoir si la mairie s’est posé le problème de remunicipaliser le traitement de l’eau, et celui-ci lui répond que oui, et que cela n’aurait pas été rentable… Enfin, bonne nouvelle, le prix du traitement de l’eau va baisser, non pas que les temps sont plus durs pour les sociétés privées d’assainissement, avec toutes ces communes qui reviennent en régie publique, mais simplement car nous allons avoir du matériel plus performant !

 

Synthèse : avec notre nouvelle station d’épuration, nous serons dans le meilleur des mondes, et pas d’inquiétude, nous sommes dans de bonnes mains.......

 

F. Mena